Me connecter | Pas encore inscrit ?

Navigation
Accueil

Encyclopédie

Contribuer

Boîte à outils

Dictionnaire

Chercher un mot :

Conjugueur

Conjuguer un verbe :










Les vers parasites intestinaux

Certains vers intestinaux sont très fréquents chez l'enfant et se propagent facilement, par contact direct ou par l’intermédiaire des aliments souillés (eau, nourriture,...). Tous ne sont pas visibles à l'œil nu dans les selles, ce qui peut tarder et compliquer le diagnostic alors que le traitement est relativement simple et facile à mettre en place.

Les vers intestinaux qui infestent l'enfant proviennent de la consommation d'aliments crus non rincés, comme les fruits et les légumes (oxyure, ascaris) ou de viandes (ténia) contaminés. Certains autres vers se transmettent lorsque l'enfant porte sa main à sa bouche, après avoir été contaminé en jouant au jardin ou dans un bac à sable. Pour mettre un terme au développement des parasites, il n'y a pas d'autre solution que de traiter l'enfant, qui doit également suivre un certain nombre de règles d'hygiène (lavage des mains en rentrant à la maison, avant de passer à table, après être allé aux toilettes, enfin bref, dès que l'on se salie).

Les oxyures

Oxyure

Ce sont des petits vers blancs en forme de filaments ; la femelle mesure environ 10 millimètres, et le mâle 5. Ils touchent souvent les enfants âgés de 2 à 10 ans et sont extrêmement contagieux. Les oxyures se transmettent par simple contact. Les parasites adultes vivent dans le côlon, où ils se reproduisent. Le soir, la femelle fécondée parcourt tout le côlon et vient pondre plusieurs centaines d'œufs autour de l'anus. L'enfant se gratte et ramasse sous ses ongles des œufs qu'il met un peu autour de lui ou qu'il avale. Ces vers sont minuscules et l'enfant en dépose aussi sur ses jouets, ses aliments ou ses vêtements. La contagion peut s'étendre, d'autant que les œufs sont résistants et peuvent vivre neuf jours à l'air libre.

Les symptômes de l'infestation par des oxyures sont nombreux : mauvais sommeil, fatigue, agitation. Le plus souvent, l'enfant souffre de démangeaisons nocturnes, ces démangeaisons se produisent au moment où la femelle oxyure pond ses œufs autour de l'anus.

Les vers sont parfois visibles à la surface des selles ou dans les sous-vêtements de l'enfant. Le médecin peut prélever des œufs à l'aide d'une bande de papier adhésif (Scotch-test) et les examiner au microscope. Ensuite, le traitement consiste à administrer un vermifuge à l'enfant et à sa famille. Ce traitement doit être renouvelé deux semaines plus tard pour éviter toute récidive. Pour stopper la contamination, il faut changer et laver chaque jour le linge, nettoyer le sol des chambres, empêcher l'enfant de se gratter et lui couper les ongles. L'enfant doit se laver les mains avant de passer à table et après être allé aux toilettes.

Ce qui leur est attribué

Jadis, les anciens accusaient les vers de provoquer chez l'enfant des maladies ou des troubles du comportement. C'était une manière commode de les rendre responsables de certains problèmes (sommeil perturbé, l'enfant a mauvais caractère...), censés disparaître avec leur élimination. Aujourd’hui, des symptômes peuvent faire songer à une infestation par les vers, mais cela doit être confirmé par des examens.

L’oxyurose est à traiter en famille

Les vers sont très contagieux, car les œufs pondus sont directement infestants. Par ailleurs, l’enfant qui a des démangeaisons se gratte, et propage les œufs à tout l’entourage. Pour éviter cela, il faut scrupuleusement traiter toute la famille en même temps. Le traitement consiste à donner des médicaments à tout le monde et à faire bouillir les draps, pyjamas, chemises de nuit et sous-vêtements.

L’ascaris

Ascaris

Ce parasite de couleur rose fait des ravages sur la planète : environ un milliard et demi de personnes sont touchées dans les régions tropicales et dans les zones rurales d'Europe. Avec sa grande taille (plus de 10 centimètres), l'ascaris ne passe pas inaperçu. Logé dans l'intestin grêle, il se nourrit du liquide qui provient de la digestion des aliments.

La contamination se fait par l’alimentation. L'enfant mange un fruit ou un légume souillé par des œufs, qui éclosent dans le tube digestif avant de nicher dans l'intestin, où ils deviennent adultes. La femelle pond des œufs qui sont évacués dans les selles. La présence des vers provoque une toux, des douleurs abdominales et des vomissements. D'autres symptômes peuvent survenir : fatigue, irritation, diarrhée, maux de ventre, amaigrissement. Ces vers peuvent également provoquer des allergies. Les œufs d'ascaris sont recherchés dans les selles, par un examen au microscope.

Un vermifuge est alors administré à l'enfant, qui doit égale- ment se laver régulièrement les mains. Il est conseillé, à titre préventif, de nettoyer les crudités à l'eau potable.

Certains vers peuvent être transmis par les animaux : ainsi, l'ascaris du chien (plus rarement du chat) peut provoquer chez l'enfant de la fièvre, des troubles digestifs, des allergies cutanées ou respiratoires. Le diagnostic n'est pas facile, car la recherche dans les selles est toujours négative, mais un contact fréquent avec les animaux et des tests sérologiques permettent de l’établir et de trouver un traitement adapté. Il ne faut donc pas hésiter à dire à votre médecin que vous avez des animaux chez vous car il prendra donc en compte cette présence animale pour orienter son diagnostic.

Le ténia

Ténia

Souvent appelé vers solitaire, le ténia est formé de segments rectangulaires blanchâtres plats, qui mesurent 1 ou 2 centimètres de long et environ 3 millimètres de large. Ce parasite adulte, dont la tête se fixe dans l’intestin grêle à l’aide de ventouses, peut mesurer de 6 à 8 mètres de long. Il se nourrit aux dépens de l’enfant, qui peut l’attraper en mangeant du poisson d’eau douce, de la viande de bœuf ou de porc mal cuite. Il est combattu grâce à des mesures d’hygiènes préventives, dont la cuisson suffisante du poisson et de la viande.

Il n’y a pas de symptômes spécifiques. On peut retrouver dans le slip ou les selles de l’enfant des segments du ver évacués par l’anus. Comme pour l’oxyure et l’ascaris, le traitement repose sur un vermifuge qui, en quelques dizaines de minutes, décolle la tête du ver de l’intestin et l’évacue en une seule fois dans les selles.

Hygiène manuelle et alimentaire

La transmission des vers se fait par l’eau, les mains et les aliments souillés. Il faut donc être vigilant et se laver notamment régulièrement les mains.

Les contrôles sanitaires et vétérinaires, la réglementation de la distribution d’eau dans les pays industrialisés ont toutefois fait reculer ces maladies parasitaires.

Sans les précautions d’hygiène élémentaires, l’enfant est tout de même exposé à ces parasitoses, aussi bien en ville qu’à la campagne. Dès son jeune âge, il faut lui apprendre à se laver les mains, ce simple geste pourra lui éviter de nombreuses autres maladies qui peuvent se propager comme par exemple la grippe, le rhume,...